L'info, c'est clair !

Noirs, le poids de l'Histoire

Et maintenant, agir ! (4/4)

Écouter le texte lu par Christian, bénévole

Et maintenant, agir !

ICC racisme 4

L'État doit intervenir pour que les Noirs ne soient plus discriminés dans les services publics et que tout le monde ait les mêmes droits.

Le Conseil National Consultatif des Droits de l'Homme (CNCDH) a donné différents conseils au gouvernement...

Mais chaque citoyen peut aussi agir !

ICC racisme 4aMieux connaître les discriminations

Selon le CNCDH, comme dans la lutte pour l'égalité entre les hommes et les femmes, il faut que tout le monde participe.

Des enquêtes doivent être réalisées (dans les services publics, les commissariats et les gendarmeries...) pour mesurer les discriminations et les violences dont sont victimes les personnes noires. Cela permettrait aux Blancs de mieux voir le racisme et aux Noirs de comprendre quand ils en sont victimes pour réagir.

 

ICC racisme 4bChanger le regard de la société

Les médias doivent inviter des spécialistes, des auteurs, des réalisateurs... noirs. Ils doivent diffuser des images qui permettent de changer les regards et de lutter contre les idées fausses : montrer des Noirs pas seulement en banlieue ou sportifs, mais des médecins, des étudiants, des habitants de centre-ville...

Cela donnera aussi des modèles positifs aux jeunes Noirs, pour développer leur confiance en eux et se sentir capables de faire d'autres métiers.

 

ICC racisme 4cEnseigner autrement

L'école a un rôle à jouer : l'Histoire doit être aussi racontée par les Noirs (témoignages d'esclaves, explications d'historiens). Il faut faire connaître les personnalités françaises noires, montrer leur place dans l'Histoire de France. Il est important de rappeler que le pays a des racines multiculturelles et que les cultures africaines sont riches. Il faut présenter la richesse de l'Histoire et des cultures africaines.

 

ICC racisme 4dObserver pour mieux comprendre !

Le CNCDH explique que les personnes blanches peuvent être responsables de racisme sans y penser ou sans le vouloir : « Les Blancs doivent se mettre à la place des personnes noires pour mieux comprendre quand elles sont victimes » et faire attention à leur comportement.

Djamila Ribeiro, philosophe, les invite à penser qu'être blanc, cela leur donne souvent une chance en plus dans la vie (pour travailler, obtenir un logement, pour se sentir beau ou belle, pour avoir confiance en soi). Elle encourage à se poser quelques questions : lorsque vous regardez un film, demandez-vous s'il y a des acteurs noirs, quel rôle ils jouent (pauvre ou riche ? habitant de banlieue ou de quartier riche ?). Et quand on parle des Noirs dans les journaux télévisés, quelle image est montrée ?

Elle invite à observer : quels sont les métiers que font les Noirs ? Quelle place ont-ils dans l'entreprise ? Les collègues font-ils des blagues racistes ?

Elle conseille de proposer aux enfants des livres avec des héros noirs, écrits par des Noirs, qui montrent la richesse d'avoir plusieurs cultures...

 

Tous antiracistes !

ICC racisme 4eL'ancien footballeur Lilian Thuram rappelle qu'à la naissance les enfants n'ont pas conscience de leur couleur de peau. Ils ne sont pas racistes. C'est en grandissant qu'ils commencent à parler de différences. Le racisme est une construction intellectuelle, politique et économique. L'Histoire a créé les races. Les Noirs, les Maghrébins, les Asiatiques ont été présentés comme différents, souvent inférieurs pour pouvoir profiter d'eux, prendre leurs terres, leurs richesses (pétrole, gaz...), utiliser leur force physique...

Pour Lilian Thuram, il faut travailler avec les enfants pour qu'ils ne se voient pas à travers leur religion, leur pays d'origine, leur couleur de peau... mais comme des êtres humains et qu'ils grandissent avec la volonté de construire l'égalité, une société la plus juste possible.

Autres chapitres de ce sujet

En mai 2020, George Floyd, Noir...
Les discriminations de l'État Il y a...

LILAVIE

localisationAssociation LILAVIE
69 rue du Pont de Mayenne
53000 LAVAL

emailCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

telephone02 43 53 18 34

fax09 70 61 47 13

Soutenez-nous